Située au cœur de la haute Provence sur l'axe de la Durance, notre belle commune puise son dynamisme dans ses nombreux atouts :

  • Au coeur de la vallée de la Durance
  • A équi-distance de Sisteron “joyau de la Haute Provence” et de Château Arnoux, pôle culturel de référence, moins de 5 min,
  • A proximité immédiate, moins de 2 min des bretelles d’autoroute de l’ A51 : Aubignosc et Sisteron Sud,
  • A 20 min du CEA de Cadarache et du projet ITER,
  • A 45 min d’Aix en Provence et de la gare TGV,
  • A 1 heure des stations de ski , du littoral méditerranéen et de l’aéroport Marseille Provence.

Peipin offre à ses quelques 1400 habitants un ensemble de services de proximité, à savoir :

  • L’accueil et la prise en charge de l’enfance jeunesse avec le centre de loisirs des P’tites Bouilles – CCLVD
  • La Médiathèque de Paul Surtel
  • La présence des services publics,
  • une offre commerciale de proximité et grande distribution,
  • Un tissu associatif développé.

Tout cela dans un environnement très nature et préservé comme l’illustrent l’ensemble des pages que nous vous invitons à consulter.

Peypin ou puypin en provençal, PODIUM PINI en latin, un oppidum, une élévation plantée de pins. Peipin est en effet tapi au pied d’une butte que dominent les ruines romantiques d’un château médiéval.

C’est autour de ce château que se trouvait au Moyen Âge, le village qui surplombait ainsi l’antique voie domitienne passant au pied de la colline. Un très important péage y fut installé au début du XIIIe siècle jusqu’en 1758.

De nombreux fragments de poteries découverts sur le territoire de la commune, permettent de penser que Peipin ait vu au fil des années se succéder de nombreux ateliers de potiers.

C’est d’ailleurs à Peipin au début du XXe siècle qu’a brûlé le dernier four de la région.

En ville, sur la colline se dresse au milieu des buis, des chênes et des oliviers, l’ancien donjon et la chapelle du château féodal détruit à la Révolution. Intéressant panorama sur le village que traverse la Grand-Rue en reprenant le tracé de l’antique Voie Domitienne.

L’église paroissiale abrite un intéressant mobilier ainsi qu’une très belle statue en faïence de Marseille représentant une vierge à l’enfant exécutée vers 1730 par Joseph Fauchier.

A l’extérieur du village, au hameau des Bons-Enfants on peut également admirer un pont médiéval sur le Jabron.