Le projet de parc éolien à Peipin est annulé suite aux études naturalistes qui ont mis en évidence 2 nids d’aigles royaux

nidaigles
Il y a un an, presque jour pour jour, nous vous présentions un projet d’implantation d’un parc de cinq éoliennes en crête de Lure. Avec la société RES porteuse du projet, nous avions mis en place une communication totalement transparente qui s’est déroulée ainsi :

  • distribution d’une feuille d’information à tous les habitants de la commune ;
  • organisation de 2 réunions publiques au cours desquelles chacun a pu s’exprimer ; réunions qui ont été largement couvertes par les médias locaux ;
  • mise à disposition sur le site de la commune de tous les éléments du dossier ;
  • distribution d’une invitation à visiter le site éolien de Marsanne ;
  • ouverture d’un registre (version papier en mairie et version électronique avec courriel dédié) permet-tant à chacun d’exprimer son avis sur le projet ; 60 avis ont été enregistrés ; 48 étaient positifs (soit 80 % d’avis favorables) ;
  • visite du parc éolien de Marsanne par environ 50 Peipinois, entièrement prise en charge par la société RES (transport et déjeuner sur place).

À la suite de cette concertation, le Conseil municipal avait donné son accord à l’unanimité pour le lance-ment des études détaillées, et notamment des expertises naturalistes. Ces études et expertises ont été menées depuis le mois de septembre 2017. Il y a quelques jours, la société RES a communiqué les premiers résultats par voie de presse, comme la plupart d’entre vous ont pu le constater. En effet, les inventaires naturalistes ont mis en évidence la présence de 2 nids d’aigles royaux, dont un situé sur le site même, avec une occupation avérée. Or, la présence d’un nid occupé au pied des éoliennes envisagées, dans un espace trop réduit pour songer à une mise à distance des machines, représente pour cette espèce protégée un risque très important, et signe donc — malheureusement — la fin de ce projet.

J’ai à mon tour transmis un communiqué à la presse, dont voici le texte intégral : « C’est évidemment une très mauvaise nouvelle pour Peipin et notre communauté de communes (CCJLVD), puisque cela représente une perte de revenus d’environ 150 000 €/an pour nos 2 collectivités. Ce sera autant de moyens en moins consacrés au développement de notre territoire car, contrairement à ce que pensent les opposants à ce projet (qui, non contents d’être ultra-minoritaires, ne savent généralement pas de quoi ils parlent), l’activité touristique est ici quasi inexistante et ne compensera jamais une manne financière pareille. Mais que les Peipinois se rassurent : nous avons d’autres projets pour notre village. Nous sommes en effet une équipe municipale résolument tournée vers l’avenir, dont le seul objectif est d’œuvrer pour l’intérêt général — à l’opposé des idées rétrogrades et égoïstes de quelques esprits obtus ».

Si j’ai employé un ton et des termes que d’aucuns ont jugés sévères c’est que, vous vous en doutez, j’avais d’excellentes raisons : en effet, durant tout l’hiver qui vient de s’écouler, nous avons subi l’activisme agressif d’un tout petit nombre d’opposants qui s’est notamment traduit par une communication truffée d’approximations et de mensonges. Un tract anonyme véhiculant des propos diffamatoires a égale-ment été diffusé et nous avons reçu nombre de courriels ne relayant ni plus ni moins que de la désinformation. Avec l’équipe municipale, nous avons dû supporter cette campagne et ces propos révoltants qui tendaient à quasiment nous faire passer pour des monstres alors que nous ne pensons qu’à agir pour le bien et l’avenir de notre collectivité. C’est pourquoi j’assume et maintiens chaque mot de mon communiqué.

Frédéric Dauphin, maire de Peipin